Les articles liés au mot clé : dattes

La Guetna en Adrar


La Guetna en Adrar

C’est la Guetna en Adrar. Des milliers de mauritaniens affluent vers les oasis. Une société bien "Guetna" se forme sous les palmiers. C’est un rite annuel qui se renouvelle, c’est aussi un hymne à la datte, et aux belles traditions, c’est un rendez-vous aussi de solidarité.

 Lire la suite >>
  • La palmeraie
    La palmeraie

    Presque tout le monde s’installe sous la tente pour dormir. A la nuit tombée, les petits marchands arrivent. D’où sortent-ils encore ? On achète une calebasse, un jeu de dés mauritanien, façon mikado et pour Nina, un de ces voiles vaporeux que portent les (...)

     Lire la suite >>
    Les derniers jours
    Les derniers jours

    Notre conducteur de 4x4 est arrivé. Allongé sur le flanc, un pied relevé sur le genou de l’autre jambe, il discute avec Mohamed de connexion Internet haut débit, de téléphone portable (ils ont tous un portable), d’une caravane partie dans le désert pour tourner un (...)

     Lire la suite >>
    Le premier bivouac
    Le premier bivouac

    A gauche un porche, à droite une moitié de tapis roulant pour les bagages. Enfin, la porte s’ouvre, on entre dans une pièce carrée où on passe de guichet en guichet pour obtenir tampon sur passeport, signature sur tampon, numéro au-dessus, et enfin, des ouguiyas contre (...)

     Lire la suite >>
    Balade gourmande en Mauritanie
    Balade gourmande en Mauritanie

    Les Mauritaniens disent que le premier thé est âpre comme la vie, le second est fort comme l’amour et le troisième suave comme la mort. On les boit jusqu’à l’extrême dernière goutte, " la larme de miel ".

     Lire la suite >>
Récits à suite

Sur les chemins de l’histoire

L’indépendance de la Mauritanie est proclamée le 28 novembre 1960. Beaucoup sont ceux qui ont séjourné en Mauritanie à cette époque. Ils en témoignent aujourd’hui.

Cinq jours de marche dans les canyons de l’Adrar

par Bénédicte

Une série de 7 superbes récits qui relatent un périple entre dunes et palmeraies en Adrar. Un plaisir à lire que ce récit à l’atmosphère et aux situations si présentes.