Anita Conti, la Dame de la mer

par Colette

Créé le : 24 mars 2012

Le nom d’Anita Conti résonnait en moi, vaguement, pour son talent de photographe.

C’est une émission de radio, qui m’a donné l’envie de la découvrir plus. Pourquoi la relier au Jardin d’Idoumou et quel est le chemin insolite de cette femme, non seulement étonnante, mais aussi hors du commun ?

Mais d’abord, faisons connaissance...

Signature d’Anita Conti
Signature d’Anita Conti

Sa vie

Anita Caracotchian, d’origine arménienne et née en 1899, d’un père médecin, cultivé et grand voyageur. Entre les bibliothèques et les précepteurs, Anita s’exprimera par l’écriture et la photographie.

Un premier talent de relieuse d’art, la fera connaître. Mais Anita ne s’en tiendra pas là.

De vivre en Bretagne, lui viendra le goût de la mer et la curieuse embarquera avec les pêcheurs, pour tout connaître de leur vie.

Son mariage avec Marcel Conti, un diplomate, ne la privera pas de sa liberté.

Catherine Reverzy, collationnera toutes sortes d’archives, pour établir sa biographie. Ce portait : Anita Conti 20 000 Lieues sur les mers, est édité par Odile Jacob.

La dame de la mer 20 000 lieues sur les mers

En voici le résumé :

Anita Conti, pionnière de l’océanographie, grand photographe et écrivain, a sillonné les mers froides et tropicales à bord des bateaux de pêche et marqué près d’un siècle de vie maritime.

En 1939, première femme embarquée au service de la Marine nationale, elle participe au déminage du port de Dunkerque, avant de partir pour l’Afrique où l’attendent missions humanitaires, chasse aux squales et décolonisation. Sensibilisée au problème de la faim et au gaspillage des ressources, elle s’élance vers l’Atlantique Nord à bord des terre-neuvas avant de rejoindre Cousteau au Musée océanographique de Monaco... ’Il faut cesser de piller l’océan ’, ’Nous devons penser aux générations à venir’... Cette femme au destin exceptionnel avait pressenti la nécessité du développement durable. Son combat est plus que jamais d’actualité.

Interrogée sur les difficiles conditions d’embarquement et de vie sur les chalutiers, elle répondra qu’elle n’avait jamais le mal de mer, jamais froid, jamais faim et n’était jamais fatiguée !

Engagée par l’Office scientifique et techniques des pêches maritimes (1935-1944), pour écrire des articles sur la technique de pêche et la vie des marins, Anita Conti établira les premières cartes de pêche des côtes sahariennes.

Travail de scientifique, mais également description de la vie des marins et des femmes et enfants à terre, que ce soit pour traiter le poisson et confectionner les filets, rien n’échappe à l’œil plein d’humanité et de tendresse d’Anita Conti.

"Depuis les souvenirs les plus flous de ma petite enfance, toutes mes sensations, et ensuite toutes mes habitudes de pensée s’étaient partout liées à des suggestions d’immensité marine" écrit Anita Conti.

Anita Conti aimait dire : "La mer est un miroir qui nous renvoie à notre propre ignorance."

Puis, en 1941, elle embarque à bord des différents chalutiers français chargés par l’Amirauté d’aller reconnaître les possibilités de pêche le long des côtes de Mauritanie et du Sénégal pour assurer le ravitaillement des populations et de l’armée française.

Ses études sur la pêche au bord de l’Océan Atlantique et la vie des gens, aux estuaires des rivières côtières, l’incitera à créer les pêcheries d’Outre-Mer, en 1946, afin de valoriser les valeurs nutritives des requins, source d’alimentation pour ces régions d’Afrique défavorisées.

Quelques photos

Sur le pont du bateau

Mais il en a fallu du temps et de la poigne pour que les femmes s’imposent face aux vieux loups de mer !

Femmes au travail

Berger

A voir

Marc Gourden, auteur du film « Anita Conti, une vie embarquée » - Antoine Martin Productions, 2010, 52 mn.

A lire

Géants des mers chaudes - dans la Collection Le Grand Dehors, dirigée par Michel Le Bris, aux Éditions Hoëbeke - 1993.

Anita Conti, en Afrique, est une légende... De l’entrée de la Casamance à celle de la Gambie, elle reste "la Dame blanche" : ... Après avoir ravitaillé les forces alliées depuis les côtes de la Mauritanie grâce aux chalutiers échappés à l’avancée allemande, voilà Anita Conti chargée, la paix revenue, d’établir les cartes de pêche des côtes africaines. L’enjeu est considérable : sauver les populations indigènes de la famine, corriger leurs terribles carences en protéines... Jamais, peut-être, elle n’avait livré avec une telle force sa vision d’un monde tout à la fois féroce et splendide - splendide, aussi, parce que féroce...

Géants des mers
Géants des mers

Racleurs d’océans - Éditions Payot & Rivages - 1953, 1998.

Récit de la campagne de pêche à bord du Bois Rosé, sort en librairie fin 1953. Quelques mois plus tard, en 1954, ce premier livre est couronné par le prix des Vikings.

Racleurs d’océans
Racleurs d’océans

En savoir plus

En 1992, l’association "Cap sur Anita Conti" est crée, qui vise à mettre en valeur le travail de la Dame de la Mer.

A voir cet énorme inventaire d’archives, que ne donnerions-nous pas, pour consulter les rapports de missions, des notes personnelles, des photographies, des dessins, des reportages et projets de films d’Anita Conti.

Comment ne pas être en admiration ?