Charte de l’Action Chèvres

par Mado

Créé le : 17 mai 2008 - Mis à jour le : 30 octobre 2010

Charte de l’Action Chèvres

  1. L’Action Chèvres, ci-dessous désignée l’Action, a été lancée par Madeleine Grize (Mado), une Suissesse résidant à Atar (Mauritanie), fin 2005. Elle vise à aider des familles démunies du quartier, de la ville ou de la région, priorité étant donnée aux mères qui assument seules l’entretien de leurs enfants.
  2. L’Action est basée, selon le principe du micro-crédit, sur le prêt de chèvres pratiqué comme suit :
    • Grâce aux fonds qui lui sont procurés, l’Action achète des chèvres et les remet en prêt, à raison d’une chèvre avec son chevreau par famille, à des mères nécessiteuses.
    • Elle fournit aussi avec la bête 10 kilos de nourriture ; elle fournira encore, en signe d’encouragement, durant la première année du prêt, deux fois 10 kilos de fourrage.
    • Dans les trois ans qui suivent l’octroi du prêt, l’emprunteuse doit restituer à l’Action une chèvre avec son chevreau.
    • Pendant la durée du prêt, l’emprunteuse assume la responsabilité de la chèvre ; elle en tire les profits soit :
      1. le lait, dont elle peut nourrir les enfants ou qu’elle peut vendre,
      2. le crottin, qu’elle peut utiliser comme engrais pour fertiliser un petit jardin,
      3. enfin et surtout les chevreaux auxquels la chèvre donne naissance (en général un ou deux, deux fois par année, après cinq mois de gestation) et qu’elle vendra pour la viande si ce sont des mâles alors qu’elle conservera les femelles (qui ont, comme on le voit, un meilleur avenir).
    • En cas de vente d’un chevreau, l’emprunteuse en conserve le prix mais en reverse une petite part à un fonds commun de l’Action destiné à couvrir les frais de soins, ainsi de vétérinaire, de l’ensemble du cheptel ; cette obligation subsiste, comme marque de solidarité, même après la restitution du prêt initial.
    • L’Action replace de la même façon les bêtes qui lui sont restituées, visant ainsi à poursuivre son objectif et à se développer.
    • Ainsi l’Action n’a-t-elle pas seulement pour objectif d’aider ponctuellement des familles dans le besoin à sortir d’une passe difficile. Elle vise bien plutôt à les inciter à se prendre en charge en leur fournissant pour ce faire des moyens bien modestes. Cette responsabilisation devrait leur permettre de se rendre aussi autonomes que possible tout en améliorant tant soit peu, mais durablement, leur quotidien.
  3. L’Action cherche à mettre en présence les femmes bénéficiaires des prêts, à les conduire à échanger leurs expériences et aussi à les initier à d’autres activités créatrices de type artisanal de nature à leur procurer un petit revenu. Elle est ainsi génératrice de liens sociaux, base de toute solidarité.
  4. L’Action fonctionne selon le principe de la gratuité. Elle fait en sorte d’éliminer tous frais de gestion afin que toute somme versée soit affectée à 100 % à son objectif.
  5. En dehors même du prêt de chèvres, qui est sa vocation première, l’Action peut à l’occasion ; pour autant que ses moyens le lui permettent ; répondre à des besoins urgents et spécifiques en accordant une aide financière ponctuelle à une famille dans le besoin.
  6. L’Action cherche aussi à voir la responsabilité de sa propre gestion reprise à terme par certaines des femmes qui auront bénéficié du prêt d’une chèvre et acquis ainsi l’expérience voulue. Ainsi prise en charge par des responsables autochtones, elle accèderait à sa propre autonomie.
  7. Une association de soutien créée en Suisse assurera à l’Action les appuis nécessaires.
Une famille de l’action chèvres
Une famille de l’action chèvres
Charte de l’action chèvres
Charte de l’action chèvres
Document à télécharger

Association ACHEMA : http://www.achema.ch

Voir aussi : L’action Chèvres par Bénédicte