Des dunes et des écoles : un bel et intense échange

Des cadavres de tables bancs

par Cheikhmou

Créé le : 1er juin 2011

Génèse d’une renaissance

Refaire à partir des "cadavres" le maximum de tables solides, utilisables et à moindre coût. Une idée rationnelle, logique et de bon sens !

Avec le regain de scolarisation dans la région de l’Adrar et particulièrement au niveau d’Atar, les pouvoirs publics se sont investis à doter les écoles en tables bancs, compte tenu du déficit sans cesse grandissant en la matière.

Le bon nombre de tables bancs produits sur financement de l’Etat par le CFPP (Centre de Formation et de Perfectionnement Professionnel) d’Atar et distribués aux écoles, a permis certes de réduire le déficit, sans le combler totalement.

Nombreux sont donc les élèves qui continuent à s’asseoir à même le sol dans les salles de classe.

Cadavres de tables bancs
Cadavres de tables bancs

Des amis de la Mauritanie, contactés par les autorités pédagogiques d’Atar, ont demandé le soutien d’une Association Suisse du nom de "La voie Des Dunes" [1] qui a répondu positivement en dépêchant son Président à Atar pour étudier la question.

La délégation de la Voie des Dunes
La délégation de la Voie des Dunes

Ce dernier en compagnie des responsables pédagogiques ont visité les écoles et ont constaté le besoin et l’urgence d’agir. Cependant un fait majeur ne leur a pas échappé : ils ont remarqué de très grands lots de bois, de structures métalliques entassés dans des magasins, sur les toits des salles de classe ou tout simplement dans un coin de l’école.

Ce sont des tables bancs aux défauts parfois simples - une planche cassée, des boulons manquants, une structure métallique boiteuse... - considérées à jamais inutilisables.

En effet, l’absence de service de maintenance du matériel scolaire et le manque de budget alloué à cet effet tant au niveau de la Direction Régionale de l’Education Nationale (DREN) qu’au niveau de l’Inspection Départementale (IDEN), font que le sort réservé à ces tables défectueuses ne pouvait être autrement.

Elèves attentifs

Cette situation a toujours poussé les décideurs au fil des années à renouveler - quand c’est possible - une partie des tables bancs atténuant quelque peu les effets fortement ressentis par leur manque. Des années durant, ce renouvellement est considéré comme seule et unique solution envisageable. Il en est résulté par accumulation une véritable population de tables défectueuses désormais appelée "cadavres de tables bancs" en signe de leur impossible récupération.

Salima
Salima
Président de la Fédération de tourisme
Les directeurs des écoles
Les directeurs des écoles
De gauche a droite : Directeurs Abdel Nane Atar3 Alione Atar4 et Sabar Atar1
Le Wali de l’Adrar
Le Wali de l’Adrar
Au cours de la cérémonie
Au cours de la cérémonie
De droite a gauche Wali DREN IDEN Directeur de Ecole 3

Une idée originale rationnelle, logique et de bon sens !

Partant de ce constat, ces responsables ont eu une nouvelle approche, une idée originale, simple et pratique. Il s’agit de refaire à partir de ces "cadavres" le maximum de tables solides, utilisables et à moindre coût. Rationnelle, logique et de bon sens !

Au cours d’un second séjour, un protocole d’accord est signé entre « La Voie Des Dunes » (LVDD) d’une part et la direction régionale et l’inspection départementale d’autre part.

L’objectif est de réparer dans une première phase, ce qui peut l’être des cadavres de tables bancs au niveau des écoles 1, 3 et 4 d’Atar.

Les obligations des uns et des autres y sont clairement situées. Les autorités pédagogiques d’Atar (DREN, IDEN, Directeurs d’écoles) doivent assurer la récupération du matériel de base, à savoir les éléments en bois sur les bancs mis à rebus dans chacune des écoles concernées ou à défaut dans des écoles ayant des disponibilités en la matière. Chaque école devra mettre à disposition les éléments nécessaires à la fixation des éléments en bois sur les parties métalliques ainsi que les outils nécessaires à l’opération en plus d’une source d’électricité pour permettre une mise en œuvre efficace et rapide. La LVDD mettra à disposition la main d’œuvre pendant deux semaines.

Regroupement des tables à réparer
Regroupement des tables à réparer

Le moment est donc venu pour se préparer à la réalisation des objectifs fixés. Des mois durant, les uns et les autres travaillaient et travaillaient sans relâche pour préparer le démarrage des travaux.

Le plus dur à faire, il faut le reconnaître, était du côté de "La Voie Des Dunes". Mobiliser les ressources humaines et matérielles pour un séjour de 14 jours dans un coin du monde méconnu de leur part et si éloigné de chez eux, demande beaucoup d’efforts et de patience. Les préparer psychologiquement à venir en Afrique, au grand Sahara et au désert dont l’image est quelque peu rendue floue par l’effort des médias en quête d’informations attractives parfois à l’extrême, n’est pas une évidence.

Du côté local, il fallait tout faire pour bien recevoir les amis Suisses. Il faut faire de leur séjour une réussite. Trouver une source d’électricité dans les écoles, faire le tri, préparer le petit matériel, garantir les conditions d’un bon déroulement des travaux étaient la priorité des priorités.

Fresque murale à l’école 3
Fresque murale à l’école 3

Des dunes et des écoles : un bel et intense échange : un ensemble de 4 récits relatant une action humanitaire menée en novembre 2010 par l’association ’La voie des Dunes’ en étroite liaison avec les instances locales.

D’un côté comme de l’autre, les défis étaient grands. Mais à Genève comme à Atar, la volonté, l’engagement et l’enthousiasme des organisateurs et des participants sont solides. Les soutiens, les encouragements ne manquent pas. Ceux de Florence à Genève et Mado à Atar sont particulièrement efficaces.