La Cantilène d’Akjoujt

par Colette

Créé le : 28 septembre 2010

Un vibrant hommage à la femme africaine.

De la part d’un peintre-poète à la sensibilité extrême, des confins de l’Adrar au Sénégal, voici une somptueuse offrande à la femme africaine, à son charme naturel, à sa beauté altière.

Khaïma familiale des environs d’ATAR
Khaïma familiale des environs d’ATAR

Maurice, un excellent camarade de Jean Martin, se souvient des années 1953 et 1954.

Après 3 mois de classes passées à Dreux, ils s’embarquent pour Saint-Louis du Sénégal.

Première escale à Tanger, le 5 juillet 1953. Pourquoi la date est-elle restée dans la mémoire de son ami Maurice ? C’était son anniversaire et surtout ses 20 ans !

Encore une escale aux Canaries et arrivée à Dakar, d’où ils rejoindront Saint-Louis du Sénégal par le train.

Durant ce séjour, au 1er Régiment des Tirailleurs Sénégalais, ces deux appelés, convoyaient régulièrement des approvisionnements de Saint-Louis du Sénégal à Atar et Akjoujt [1].

A cette époque, l’artiste a décoré le Foyer de St-Louis du Sénégal d’une fresque.

Dans sa participation à la revue Tropiques [2], revue mensuelle des troupes coloniales, on se doute que d’autres œuvres y figurèrent, surtout des affiches. Le bon ton humoristique était d’y mettre beaucoup de cactus, car : Tropique, ça pique !

Jean Martin fascinait ses camarades par son aisance à transformer toute circonstance en blague, écrit ou dessin. Ses poèmes, nouvelles et dessins avaient-ils le but de faire de l’argent ? Peut-être ! Ce souvenir montre surtout l’admiration de chacun, camarades et supérieurs pour ce personnage qui semblait au-dessus de tous.

C’était l’époque de Brassens et de l’opérette déjantée Mam’zelle Nitouche [3], Maurice aura le surnom de Yacinthe, ou… sainte nitouche…

Puis de mai 1954 et jusqu’en novembre 1954, ce sera Dien Bien Phu, d’autres horizons et d’autres impressions et images pour Jean Martin.

De ses passions, Jean Martin en aura fait son métier : publiciste.

En 2003 au Musée des Troupes de Marine de Fréjus, Jean Martin recevra le 2ème prix du 8ème Salon de Peinture pour le tableau intitulé Cantilène d’Akjoujt.

"... fresque sombre rehaussée par l’éclat des bijoux des femmes maures en font une œuvre originale et pleine de mystère..."

commentera le colonel J. Massip, Commissaire de ce Salon.

La belle d’Akjoujt
La belle d’Akjoujt

Ce tableau de la Belle d’Akjoujt, illumine de la profondeur de ses couleurs, le bureau de Maurice et Martine, les amis à l’origine de cet éloge à l’artiste. Merci à eux, d’avoir obtenu de l’auteur son accord, pour diffuser et nous faire profiter de ces petits chef-d’œuvres de couleur et de fraîcheur.

La Belle d’Akjoujt ou la Bidane [4], autre nom du tableau est une jeune femme Wolof [5].

Nous savons Jean Martin très ému de penser que ces souvenirs remontent à la surface et de recevoir cet honneur, lui qui après le désert à côtoyé la mer et l’a tout autant chanté.

Signature de Jean Martin
Signature de Jean Martin

Mais il ne faut pas ignorer un autre don de Jean Martin, la poésie. Il en émaille toute sa correspondance et transforme ses souhaits en riche œuvre à son image, d’homme riche de sensibilité.

Des mots aux poèmes, de la couleur aux portraits... voici un vibrant hommage à la femme.

Fatou [6] qui passe silencieuse
Sur la rive du Sénégal,
Laisse-moi, ma Fatou gracieuse,
Te dédier un madrigal

la calebasse rebondie

Fille d'esclave au port de reine

Tes yeux baissés sourient un peu,
A tes oreilles des breloques
Rouges et dorées s’entrechoquent,
Ta bouche épaisse est peinte en bleu.
 
Ton noir visage s’enjolive
Par instants d’un rire strident,
Puis tu envoies entre tes dents
Un vigoureux jet de salive.

Tes mains flottent avec langueur

Une epaule nue, brune et lisse

Tes yeux baissés sourient un peu

Des plis souples et audacieux

Ta croupe ondule, courbe alerte,
De tes jambes on ne voit rien
Que l’éclat vif d’un mollet brun
Sous ta robe bleue, rose et verte.
 
Tu passes, balançant le buste,
Glissante comme un voilier clair,
Lente comme le vent de mer,
Flexible comme un jeune arbuste.

Rouges et dorées s'entrechoquent

Tu as quinze ou seize ans à peine,

Un fauve à l'âme simple et douce

Ta bouche épaisse est peinte en bleu

Jean Martin est né en 1933. Sa famille est originaire de la région parisienne. Il est de formation affichiste et par extension publiciste.

[1] Akjoujt (Fort Repoux à l’époque coloniale) est une ancienne ville minière et une commune du centre-ouest de la Mauritanie. Capitale de la région (wilaya) de l’Inchiri, la localité se trouve à proximité de la limite avec la région de l’Adrar. source : Wikipédia.

[2] Tropiques est une revue culturelle martiniquaise fondée en 1941 par Aimé Césaire, René Ménil, Georges Gratiant, Étienne Léro, Suzanne Césaire, Lucie Thésé et Aristide Maugée et destinée à valoriser le surréalisme et la culture et la littérature noire-africaine et caribéenne. Cette revue dénonce aussi le colonialisme et l’aliénation culturelle. - source : Wikipédia.

[3] Opérette du 19° siècle, Mam’zelle Nitouche est aussi un film d’Yves Allégret de 1954 avec Fernandel - source : Wikipédia

[4] les Bidane (ou Bidhane) sont des Maures de race blanche issus de la minorité arabo-berbère

[5] L’ethnie des Wolofs est majoritaire du Sénégal et aussi de Mauritanie. Leur langue est le wolof et ils sont presque tous musulmans - source : Wapedia-Wiki : Wolofs

[6] Fatou, ce prénom populaire en Afrique est le diminutif de Fatoumata et l’origine de Fatima, le prénom de la dernière fille de Mahomet et Khadija. C’est souvent le nom donné à l’employée de maison et surtout à toute jeune fille de la rue du Sénégal