Chronique d’un voyage au coeur du désert

La parenthèse

par Cheikhmou

Créé le : 29 mars 2009

chapitre 15

Un roulement est cassé. Il faudrait disposer de certains outils pour pouvoir le réparer, matériel qui nous fait malheureusement défaut.

Vers quinze heures nous arrivons à Erreyth, y déjeunons et en compagnie de Sidi nous ouvrons la nouvelle parenthèse au centre de laquelle se trouve le Tagant. La présence de Sidi est très rassurante ; chauffeur et guide incontestable, il a beaucoup de relations dans cette région et c’est un habitué de la route qu’il connaît par cœur.

Meimoune puisant de l’eau
Meimoune puisant de l’eau

Il nous informe qu’on doit arriver dans les premiers campements du Tagant vers la tombée de la nuit. C’était sans compter avec le terrain ! Laissant Oudey Tourje derrière nous à l’ouest avec son campement bien visible, nous montons la passe moyennement difficile d’Oudey Begra à la fin de laquelle Idoumou constate un problème dans l’une des roues. Un roulement est cassé et il fallait disposer de certains outils pour pouvoir le réparer, matériel qui nous fait malheureusement défaut.

La solution est vite trouvée : revenir à Oudey Tourje où Salek le transporteur qu’on avait rencontré à Erreyth passe la nuit. Transporteur de profession, avec lui se trouve tout le matériel nécessaire ; un petit garage mécanique ambulant.

Entre Amessegratt et El Khatt
Entre Amessegratt et El Khatt

Abandonnant la voiture, nous arrivons au campement la nuit tombante après cinq bons kilomètres de marche. Un sport à l’arraché dira Thiam constatant la fatigue du groupe ! La réception était sans faute. Comme d’habitude.

Salek est présent. Il vient juste de ramener son troupeau de chèvres .La nuit fut agréable. Un vent doux vient par intermittence briser un silence absolu. Notre sommeil fut profond. Très reposant.

Oasis
Oasis

Très tôt le matin, Salek nous prend dans son véhicule jusqu’au nôtre, descendit sa caisse à outillage et commença le dépannage. Après plusieurs tentatives, il réussit à introduire un petit ressort à la place de celui qui était défectueux. Avant de se séparer, Idoumou lui donna trente litres de gas-oil dont il avait fort besoin. Il exprima toute sa gratitude et nous souhaita bonne route. Nous le remercions de sa disponibilité et nous quittons les lieux.

Descente de Amessegratt
Descente de Amessegratt

Nous commençons la traversée des montagnes de Amessgratt c’est à dire les Amessegra qui sont au nombre de trois dont l’un est dénommé Amessegret Brahim, grand guerrier qui donna son nom à la montagne qui a abrité sa tombe. De ces hauteurs, apparaissent des paysages rendus immortels par les poèmes du grand poète Mauritanien Ould ADOUBE, originaire du Tagant.

Sidi nous fit plonger dans l’histoire. Il nous dira que ces montagnes à moitié couvertes de sables sont les endroits les plus élevés et les plus difficiles d’accès de la zone.

Vers El Khatt en venant de  Amessegret
Vers El Khatt en venant de Amessegret

Après Amessgratt et la Tarhe qui leur succède, nous traversons El Khatt, en Hassanya le trait, qui marque la limite entre les deux régions l’Adrar et le Tagant. Nous passons par la belle oasis de Talmesstt et marquons une pause Chez Ehel El Hadi à Guelb Guervav avant d’arriver à Ejar au coucher du soleil. Un vent terrible nous attendait. Il a soufflé jusqu’à une heure tardive et la nuit fut quelque peu difficile.

L’homme qui nous a reçu chez lui était exemplaire ainsi que toute sa famille. C’est lui qu’Idoumou voulait rencontrer. Mission accomplie et rencontre prolongée jusqu’à une heure tardive.

Jeux du vent
Jeux du vent

Le matin, nous partons à destination de Rachid, fief du poète Ould Adoube qui a en fait immortalisé par ses poèmes en Hassanya tout le Tagant. La localité est un arrondissement à quarante kilomètres de Tidjikdja, d’une beauté extraordinaire.

Au marché nous faisons des achats et rebroussons chemin. Il fallait regagner Erreyth avant la nuit.

Idoumou choisit une autre route plus proche dit-il que celle par laquelle nous sommes arrivés la veille. Les paysages sont d’une beauté rare. La montagne, les arbres et les dunes de sable se côtoient et se regardent…en chiens de faïence !

Oasis de Tawjavet
Oasis de Tawjavet

Nous descendons sur l’oasis Tawjavet où une grosse pierre percute le pont arrière de notre véhicule, sans dégâts apparents. [1]

Nous passons une belle journée dans l’oued du même nom et regagnons enfin Erreyth au coucher du soleil. Ainsi se referme dans la joie une parenthèse qui, malgré son improvisation nous a permis de visiter même brièvement une partie de cette belle région du Tagant [2].

Un superbe plan d’eau
Un superbe plan d’eau
Oasis de Tawjavet

Chronique d’un voyage au cœur du désert

[1] En réalité, le pont a reçu un choc violent qui nous conduira à une panne totale, mais nous ne le savons pas encore - voir le chapitre 16

[2] Le Tagant (ولاية تكانت) est une région administrative (wilaya) située au centre de la Mauritanie, appelé également le plateau du Tagant ou encore le « désert des crocodiles »1. Sa capitale est Tidjikdja. - source wikipédia