Le Naufrage de La Méduse

par Colette

Créé le : 30 avril 2016

Un naufrage tragique à 4 heures de voile de la terre !

Le radeau de la méduse a coulé à proximité de la Mauritanie, le saviez-vous ?

Tout le monde connaît le célèbre tableau de Théodore Gericault « Le Radeau de la Méduse » qui est entré dans l’imaginaire collectif.

On sait moins que ce tableau est inspiré d’un fait réel, le naufrage de la frégate La Méduse sur le banc de sable d’Arguin au large de la Mauritanie, le 2 juillet 1816.

Le Naufrage, n’est pas une légende,
c’est un événement maritime tragique

Histoire de la Marine française de Claude Farrère
Histoire de la Marine française de Claude Farrère

Le 16 juin 1816, depuis Rochefort-sur-Mer, une expédition africaine, embarque pour rebâtir la colonie française du Sénégal occupé alors par les Anglais.

Cette escadre se compose de la frégate La Méduse, mais aussi de la Corvette l’Echo, de la flûte La Loire et du brick l’Argus.

Ce sont 400 civils et militaires, mais aussi des familles qui embarquent, avec un fret important de réserves et fournitures, comme du bois de construction.

  • la frégate La Méduse

La Méduse, frégate de trois mats et quarante-quatre canons est alors la plus moderne et la plus rapide de la marine française. De l’époque de la fin du 18ème siècle, construite à Rochefort-sur-Mer, 240 personnes se trouvent à bord.

  • Hugues Duroy de Chaumareys son commandant (1763-1841) de 53 ans, est un noble royaliste et n’a quasiment plus navigué depuis 25 ans.

Départ le 17 juin 1816, depuis l’île d’Aix.

La côte depuis le Cap-Blanc, le long des côtes mauritaniennes, est connue pour ses périls.

Le banc d’Arguin en Mauritanie
Le banc d’Arguin en Mauritanie

Le banc d’Arguin est un paradis pour les oiseaux, mais ses bancs de sable et ses hauts-fonds sont dangereux pour la navigation et particulièrement meurtriers.

Les ordres sont pourtant de rester au large des côtes de la Mauritanie, zone mal cartographiée, parce que toujours en mouvement.

Le commandant commence la traversée en distançant les autres navires et se retrouve ainsi isolé.

Dès le deuxième jour après le Cap Blanc (qu’il croit), le temps se gâte, le commandant se trompe dans son estimation de la position du navire par rapport au banc d’Arguin, ses écueils, ses bancs sous l’eau qui remontent des hauts-fonds du Banc d’Arguin.

Au lieu de le contourner en passant au large comme l’indiquent ses instructions, il rase les hauts-fonds, jusqu’à ce que l’inévitable se produise le 2 juillet vers 15 heures.

Cela se passe pourtant à 4 heures de voile de la terre !

Ancien officier de la marine marchande, René Moniot-Beaumont devenu un bibliophile de la mer écrira : « Le Cap Blanc ne fut pas reconnu, et les sondages commencèrent à alerter de nombreux membres d’équipage. La couleur de l’eau changeait. »

Premier sondage : « 50 brasses de profondeur. Tout va bien » Des sondages encore prouvent qu’ils vont s’échouer. Dernier sondage : « le fond n’est plus qu’à 16 brasses sous la quille »

Autre témoignage de rescapé
Autre témoignage de rescapé

Malgré des manœuvres pour alléger le navire, le gouvernail se brise et la Méduse s’incline, l’ancre cède.

Confectionner un radeau

La décision est prise de confectionner un radeau avec des parties de la mâture et les cordages. Celui-ci aura 20 m de long sur 7 m de large, avec des mats et des vergues.

Plan du radeau de la Méduse, au moment de son abandon
Plan du radeau de la Méduse, au moment de son abandon

Sauve qui peu général, 151 personnes sont désignées pour partir sur le radeau, d’autres sur les 5 canots et sur la seule chaloupe en mauvais état.

Le nom de La Méduse est une des trois Gorgones, personnages mythiques des tragédies grecques, avec ses sœurs Euryale et Sthéno, dont elle est la seule à être mortelle.

Des malédictions d’autres bateaux nommés La Méduse, onze sont connus, dont un sous-marin... (lu ou entendu !)

Carte conservée au Louvre
Carte conservée au Louvre

Naufrage et survie

Le 5 juillet, le radeau dérive seul, avec 115 personnes à bord.

Douze jours de folie et le 17 juillet, le radeau est repéré par l’Argus, avec 15 survivants (surtout des officiers, des notables et un soldat).

Des 17 hommes restés sur la Méduse, seuls 3 survivront. Ils seront récupérés par Reynaud, de l’Argus, envoyé de fait pour récupérer le matériel et les barils d’or restés dans les cales.

Le procès et les hommes - Événement politique important

Le roi Louis XVIII, pour atténuer le scandale qui atteint son régime, à faire juger le capitaine, se posera une question : « gagner du temps ou ne pas trop savoir où avoir dévié et suivre autre route que les autres bateaux ? »

Des survivants témoignent ou racontent, puis vient le temps des interrogations.

Sur les tensions à bord, une cohabitation difficile et c’est ainsi que Savigny en aide chirurgien médecin de la marine, relatera les faits les plus marquants du drame.

Témoignage d’un survivant - Archives du port de Rochefort, cote 3 E2 849
Témoignage d’un survivant - Archives du port de Rochefort, cote 3 E2 849
  • Jean Baptiste Henri Savigny (1793-1843)
En poche - Le naufrage de la Méduse
En poche - Le naufrage de la Méduse

Rescapé, Savigny écrira sa thèse sur ce sujet. Ses travaux seront d’importance pour l’étude de la survie en mer et encore reconnus à notre époque.

Thèse de Savigny - titre
Thèse de Savigny - titre

Cette thèse soutenue à la Faculté de Médecine de Paris le 26 mai 1818, a pour titre : « Observations sur les effets de la faim et de la soif éprouvées après le naufrage de la frégate du Roi la Méduse en 1816 »

Le procès à lieu le 25 février 1817. Mais la condamnation sera aussi le procès de la monarchie et le commandant Chaumareys ayant perdu son titre et ses décorations, sortira de prison le 3 mars 1820.

  • Géricault, en peintre à la recherche de son inspiration, trouvera en 1817 les publications des survivants Savigny et Corréard, pour une toile devenue célèbre.
  • Alexandre Corréard (1788-1857) 28 ans - ingénieur cartographe et géographe, établira au retour un journal de bord de mémoire.
  • La Villette, charpentier du navire, aussi rescapé, étudiera un plan de mémoire pour une maquette de 20 m de long sur 7 m de large avec des mats et des vergues.

Lettres de Chaumarey à sa fille depuis son départ le 16 juin 1816

Tous ces témoignages feront part de tensions à bord, d’interrogations et de cohabitation difficile, de conditions infernales, du calvaire des naufragés, tout pour le réalisme d’une situation de survie.

Il n’en faudra pas moins pour que tout soit représenté dans un tableau par Géricault, persuadé d’entrevoir un succès.

Par Alexandre Corréard-Chapitre III
Par Alexandre Corréard-Chapitre III

Qui est Géricault ?

  • Théodore Géricault naît le 26 décembre 1791 à Rouen, dans une famille bourgeoise et décède à Paris en 1824, à 33 ans.

C’est un peintre, sculpteur, dessinateur et lithographe.

Portrait de Théodore Géricault par Alexendre Colin, 1816
Portrait de Théodore Géricault par Alexendre Colin, 1816

En Italie, il découvre les peintres de la Renaissance. Il est alors particulièrement impressionné par le maître flamand Rubens et les œuvres de Michel-Ange. Caravage l’impressionne pour le réalisme dramatique des corps.

Le Radeau de la Méduse, œuvre romantique, est sans doute le tableau le plus célèbre de Théodore Géricault, riche en échos avec l’histoire, en résonance avec l’actualité.

  • Sa vision du drame

Géricault se passionne, il enquêtera et mettra près d’un an à se documenter et en rencontrant les rescapés se fit faire le récit détaillé du drame.

Corréard fait de mémoire le dessin du radeau.

Deux survivants, l’ingénieur Corréard et le chirurgien Savigny, lui servirent également de modèles pour ses personnages.

Le Radeau de La Méduse présente une certaine continuité avec les courants picturaux antérieurs au romantisme, cet élan culturel du début du 19ième qui explore les émotions par le mouvement.

Géricault, en peintre le l’Histoire, est à la période de propagande après la Révolution jusqu’à Napoléon.

La souffrance et l’agonie font partie des thèmes de prédilection du peintre. La Méduse et son radeau montrera la vision d’enfer du naufrage et la farouche volonté humaine, face aux forces de la nature.

Allégorie, réalité et fiction comme les personnes atteintes de délire, les monomanes étudiées dans les hôpitaux pour montrer l’envie, la folie, les regards, tout caractère à observation scientifique sont présents dans ce tableau qui parle à tout le monde.

Dans ce tableau figurent Delacroix son ami, ou alors Corréard le bras tendu montrant le navire Argus, certainement à leur secours.

Les études préparatoires sont presque toutes conservées au Louvre.

Tableau de Géricault

Une huile sur toile, de 5 de haut X 7 m de large, ce tableau se trouve au Louvre et Géricault était alors âgé de 27 ans.

Le 25 avril 1818 le tableau portera d’abord le nom de "Scène de naufrage", puis celui de "Le Radeau de la Méduse".

La psychiatrie n’existe pas encore.

Les lésions morales en plus de la faim et de la soif, la capacité psychologique à survivre, les conditionnements humains en situation de naufrage, les hallucinations, les délires dus à l’alcool, véritable florilège de l’épouvante, avec l’espoir jusqu’au bout, seront représentés par Géricault.

Quelques remarques encore :

  • Géricault place trois figures d’hommes noirs sur le radeau, alors qu’il n’y en avait en réalité qu’un seul. Cette décision est liée à la lutte contre la traite des Noirs, qui se pratique toujours alors en dépit de son interdiction supposée.

La lecture politique en est précisée. On sait en effet que le Radeau est une œuvre hostile à la Restauration et aux émigrés, mais aussi une dénonciation de l’esclavage.

  • Voir aussi un autre message politique du tableau de 1819, comme la force symbolique représentée par une pyramide humaine.

Ce tableau sera un des plus importants de l’œuvre de Géricault et une des œuvres capitales du XIXe siècle.

Le Radeau de La Méduse (1817-1818), tableau de 4m91 sur 7m16
Le Radeau de La Méduse (1817-1818), tableau de 4m91 sur 7m16

Les musées

  • Besançon
Tête de naufragé, Huile sur toile, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon
Tête de naufragé, Huile sur toile, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon
  • Rouen

Le musée des Beaux-Arts de Rouen conserve un ensemble sans équivalent d’études en relation avec le monumental Radeau de " La Méduse " que Géricault exposa au Salon de 1819

  • Musée du Louvre
Structure du tableau, le point jaune étant l’Argus au loin
Structure du tableau, le point jaune étant l’Argus au loin

Expressions de peur, d’angoisse, d’agonie ou encore d’espoir, alors proche du dénouement de la tragédie et que les survivants aperçoivent L’Argus venu à leur secours.

Tout exprime l’horreur, de la plus petite vague jusqu’au mort laissé pour compte.

Carte conservée au Louvre
Carte conservée au Louvre

Études

Étude pour Le Radeau de « la Méduse »
Étude pour Le Radeau de « la Méduse »
Etude anatomique de Géricault
Etude anatomique de Géricault

Commentaire du Musée du Louvre :

Cette œuvre est vilipendée au Salon de 1819, tant pour la nouveauté de son interprétation que pour son esprit où on décèle des intentions politiques.

En revanche, le tableau soulève l’enthousiasme en Angleterre où Géricault l’expose en 1820.

Regards sur la folie

Toujours dans le désir d’exprimer toute la souffrance des naufragés, Géricault, se rendra dans les hôpitaux pour ensuite représenter la folie, les obsessions et les idées fixes.

La monomane de l’envie de Géricault est le portrait d’une vieille femme atteinte d’une forme d’aliénation.

La monomanie est un trouble mental dans lequel une seule idée semble absorber toutes les facultés de l’intelligence.

Monomane de l’envie peint par Géricault - Musée des Beaux Art de Lyon
Monomane de l’envie peint par Géricault - Musée des Beaux Art de Lyon
Peinture découverte en descendant du quartier de Montjuic à Barcelone (photo de Colette)
Peinture découverte en descendant du quartier de Montjuic à Barcelone (photo de Colette)

Enquêtes d’historiens

  • carte
Carte extraite du livre de Phippe Masson, historien, spécialiste d’histoire maritime
Carte extraite du livre de Phippe Masson, historien, spécialiste d’histoire maritime
  • Texte de témoin
Article extrait du Fonds Lassagagne, médecin légiste de Lyon
Article extrait du Fonds Lassagagne, médecin légiste de Lyon
  • radeau
La machine dans la cour du musée de Rochefort
La machine dans la cour du musée de Rochefort

Livres

Paroles de rescapés, par Michel Hanniet
Paroles de rescapés, par Michel Hanniet

Vision à l’époque moderne

  • Expositions peinture :

Ce tableau a été présenté au concours du salon de peinture au château de Bressuire (79) où il était demandé d’exécuter le tableau du « Radeau de la Méduse » de Théodore Géricault de façon moderne.

Geneviève DEFAUX artiste-peintre
Geneviève DEFAUX artiste-peintre
  • Littérature : Le Naufrage de "la Méduse", par Irène Frain

Le radeau de la Méduse - (Gallimard 1996) de François Weyergans [1]

Le Radeau de la Méduse, livre de François Weyergans
Le Radeau de la Méduse, livre de François Weyergans

Ce roman commence par le récit du naufrage de la frégate La Méduse et l’extraordinaire aventure des rescapés.

Ensuite tout se passe au XXe siècle : Antoine vit à Paris où il prépare un film sur ’Le Radeau de la Méduse’, le célèbre tableau de Géricault.

Cette histoire est celle d’un personnage qui veut transformer une vie oppressante en feu d’artifice et qui retombera sur ses pieds grâce à l’ironie et à l’humour.

  • Tempête dans l’atelier de Géricault - Le Radeau de la Méduse, de Pascale Perrier et Hélène Masson Bouty
Pascale Perrier auteur de romans de jeunesse
Pascale Perrier auteur de romans de jeunesse

Le quotidien de Théodore Géricault se dessine donc sous nos yeux ainsi que les étapes de la création de son célèbre tableau Le Radeau de la Méduse. Doutes du créateur, moments de frénésie créatrice, usage de méthodes très controversées, colères « artistiques »... font ainsi partie de la vie de l’artiste.

  • en tournée avec le Groupe Maritime de Théâtre de Marseille
  • sélectionné pour le prix "Des livres et vous" 2012-2013
  • Bandes dessinées

Album Coke en stock, d’Hergé, dans les aventures de Tintin

  • Théâtre

Roger Planchon

Le Radeau de la Méduse, texte et mise en scène de Roger Planchon du TNP de Villeurbanne.

  • Cinéma :

On peut se laisser porter par ces images dantesques,

Laurent Terzieff, dans le film réalisé par Iradj Azimi
Laurent Terzieff, dans le film réalisé par Iradj Azimi
  • Toute expression artistique

Louange à l’amitié avec Georges Brassens dans sa chanson Les Copains d’abord ... qui commence par les vers suivants :

"Non, ce n’était pas le Radeau de la Méduse, ce bateau, qu’on se le dise au fond des ports, dise au fond des ports "...

Grâce au célèbre tableau de Géricault, ce drame de la mer est resté dans la mémoire collective.

Géographie de cette côte de Mauritanie

  • le golfe d’Arguin de la préhistoire à l’histoire

Livre de Robert Vernet, accessible à tout le monde ! : " le golfe d’Arguin de la préhistoire à l’histoire" [2]

Le golfe d’Arguin de la préhistoire à l’histoire, par Robert Vernet
Le golfe d’Arguin de la préhistoire à l’histoire, par Robert Vernet

Sur 150 km du Nord au Sud, le long du littoral atlantique de la Mauritanie et la ligne des alizés maritimes, le Banc d’Arguin émerge sur des cordons dunaires Nord Est - Sud Ouest.

Quelques grandes vallées noyées et des îles, mais surtout les hauts fonds sableux, occupent le Banc d’Arguin.

Golfe d’Arguin
Golfe d’Arguin

Le banc d’Arguin c’est d’abord un parc naturel hors normes créé dans les années 1970 grâce à l’obstination de l’explorateur Théodore Monod.

Entre désert de dunes et avancées sur la mer, cette zone occupe le tiers du littoral de Mauritanie.

Lieu privilégié pour des milliers d’oiseaux qui y passent l’hiver, mais surtout endroit protégé pour la reproduction de poissons, de mammifères marins et même de prédateurs, toutes espèces qui sont menacées du monde.

Photo d’Andrée et Claude
Photo d’Andrée et Claude

Sans oublier leurs habitants les Imraguens [3], éleveurs de chameaux et convertis à la pêche littorale et ceci depuis des millénaires.

[1] François de Weyergans, écrivain belge, né en 1941 cinéaste puis écrivain. Prix Goncourt en 2005, avec "Trois jours chez ma mère" et élu à l’Académie française le 16 juin 2011

[2] Livre de Robert Vernet : le golfe d’Arguin de la préhistoire à l’histoire

[3] Les Imraguens constituent une entité ethnique particulière à la Mauritanie - les Imraguens- wikipedia.org