Chronique d’un voyage au cœur du désert

Legrare de l’espoir et de la vie

par Cheikhmou

Créé le : 6 décembre 2008

chapitre 1

La vie dans cette localité peuplée d’une centaine de familles est surtout basée sur l’agriculture et l’élevage.

Paysages de Legrare
Paysages de Legrare

Legrare en Hassaniye veut dire une grande et fertile plaine ou cuvette cultivable à l’opposé de Legreyre qui est d’une superficie et d’une qualité moindres.

La barrière naturelle au sud constituée par le cordon dunaire de Zargue et celle à l’ouest formée par la montagne de Lemeyzine ont fait de Legrare un véritable réservoir d’eau de pluie donnant l’occasion à une grande culture dans une zone bien positionnée d’un point de vue géographique : à 40 Km de Chinguitti, à 20 Km de la piste reliant Atar à Chinguitti, à quelques Km de la piste allant vers Ain Savra. Mieux encore c’est de cette cuvette que dépendent les palmeraies de Chinguitti.

Cordon dunaire Cordons dunaire

Cordons dunaires

En effet l’eau de pluie coule par l’oued de Legrare jusqu’à Chinguitti, renforçant et renouvelant la nappe phréatique donc l’eau des puits qui sert à l’arrosage des palmiers et la culture des légumes, c’est Legrare de l’espoir, de la vie te diront les gens de Chinguitti, éternels amoureux du palmier.

Oued de Legrare
Oued de Legrare
A la recherche de paturages
A la recherche de paturages

La vie dans cette localité peuplée d’une centaine de familles est surtout basée sur l’agriculture et l’élevage. Zeidane, ce vieux retraité de la Garde Nationale et chef du village se lève très tôt le matin pour traire ses chamelles et les libérer à la recherche de pâturage.

Zeidane libère une chamelle
Zeidane libère une chamelle
Coopérative agricole
Coopérative agricole

En plus de la culture dans Legrare (pastèques, mil, sorgho, haricot), les femmes du village organisées en Coopérative féminine s’initient à la culture maraîchère. Leur présidente Mme Mariem que nous avions rencontrée au jardin a bénéficié des conseils de Mr Thiam, agronome et dit toute sa détermination à se former et former les femmes dans le domaine.

Mariem, Présidente de la coopérative
Mariem, Présidente de la coopérative
Mr. Thiam agronome et Idoumou au jardin
Mr. Thiam agronome et Idoumou au jardin

L’arrosage du jardin se fait à tour de rôle tous les jours à partir du sondage qui ravitaille la localité en eau potable.

Sondage de Legrare
Sondage de Legrare
Système de puisage
Système de puisage
Le jardin
Le jardin

Les habitants de cette localité bénéficient d’une école primaire pour la scolarité de leurs enfants dans laquelle officient deux instituteurs.

Ecole de Legrave
Ecole de Legrave

Forte de ses paysages romantiques et de l’hospitalité sans limites de ses habitants, Legrare a bénéficié se sa position de carrefour facilement accessible mais aussi de sa proximité (3 à 4 Km) de Zargue qui est de nos jours un passage obligé à tout visiteur de la zone. L’activité touristique s’y est particulièrement développée ces dernières années donnant naissance à des petits métiers et offrant des emplois générateurs de revenus.

Les chamelles de Zeidane
Les chamelles de Zeidane

Chronique d’un voyage au cœur du désert

« Bismi llahi Rahmani Rahimi : Au nom de Dieu le Clément ; le Miséricordieux. »

C’est un verset du Coran que nous répétons avant chaque geste pour qu’il soit béni et pour que nous soyons protégés de tous les maux par la Force Divine.

Ce soir cette bonne habitude est plus qu’indiquée ; en ce moment Idoumou le Maire de Ain Savra ; Meimoune l’apprenti ; Ouleyde un ami ; Thiam le vétérinaire et moi-même embarquons à bord du véhicule du Maire à destination de Legrare à 40 Km à l’ouest de Chinguetti pour marquer le début d’un long circuit en plein désert à maintes fois repoussé.

Une telle idée est née à la suite des récits publiés sur le site « Le jardin d’Idoumou » par de nombreux touristes après leur séjour en Mauritanie. Comme eux aussi nous avons voulu faire partager notre expérience d’un circuit en plein cœur du désert et faire part de nos joies ; des accrocs ; des découvertes de ce parcours.

A plusieurs reprises nous avons dû abandonner l’idée par manque d’appareil photo numérique jusqu’à ce que notre ami Hamboub réussisse à en trouver un. Malgré la chaleur de ce mois de septembre, il fallait se lancer dans l’aventure encouragés par notre bonne connaissance du terrain et des populations, déterminés à aller jusqu’au bout du circuit.

A minuit nous quittons donc Chinguitti et arrivons à Legrare vers 2H du matin. Il ne reste plus qu’à dormir et à prévoir un réveil matinal pour l’étape de demain.

Actuellement : 1 message

  • Legrare de l’espoir et de la vie 13 avril 2010 14:39, par Dznet

    Bravo pour ce repportage très instructif

    Répondre à ce message