Agriculture et Elevage

La blessure de l’animal ... se situe sur le haut de la sole et elle est causée ... par une morsure de serpent. ... Taha se contente de pratiquer une incision de quelques centimètres de profondeur au niveau de la morsure à l’aide de son vieil Opinel. Puis, en appuyant de chaque côté de la blessure, il extrait un liquide jaunâtre avant qu’un peu de sang ne vienne à s’écouler. ... il bourre l’entaille avec un peu de graisse de chèvres. Cette technique permet une cicatrisation...

L’or du diable, Régis Belleville

La corde à colliers
Les enfants avec les agneaux

Le matin, les brebis vont à la recherche du pâturage. Les agneaux ne les accompagnent pas. D’abord parce qu’ils sont encore petits et peuvent s’égarer, ensuite ils ne doivent s’allaiter que le matin et le soir. Trop de lait à leur âge est dangereux et plusieurs tétées affaiblissent leur mère.

 Lire la suite >>
  • Sba’iye, Nterekt…la quête du savoir
    Sba'iye, Nterekt…la quête du savoir

    Isselmou, un grand poète nous fait revivre pendant des heures des moments riches de poésie et d’histoire. Les enfants un peu plus loin récitent le coran, derrière eux, des femmes apaisent le troupeau dérangé (...)

     Lire la suite >>
    Balade gourmande en Mauritanie
    Balade gourmande en Mauritanie

    Les Mauritaniens disent que le premier thé est âpre comme la vie, le second est fort comme l’amour et le troisième suave comme la mort. On les boit jusqu’à l’extrême dernière goutte, " la larme de miel (...)

     Lire la suite >>
    La palmeraie de Mahfoudh
    La palmeraie de Mahfoudh

    Mahfoudh, chef du village de Nterekt dans l’oued de Sba’iye, travaille dans l’agriculture et l’élevage. Mahfoudh a planté des palmiers et utilise un puits en pierres et une motopompe pour arroser son beau (...)

     Lire la suite >>
  • La végétation en Mauritanie
    La végétation en Mauritanie

    Dans une nature très souvent hostile, comme celle que les mauritaniens en zone rurale connaissent, il n’ y a de place qu’au dynamisme, à l’effort, et au travail. Aucune dérogation n’est accordée. Chacun fait preuve d’imagination, de savoir-faire ; l’initiative est de mise (...)

     Lire la suite >>
    Aïn Savra, une commune du désert
    Aïn Savra, une commune du désert

    Ain Savra occupe un vaste territoire gorgeant d’eau, avec de vastes zones de pâturages, de nombreuses plaines fertiles cultivables (Amanjenjer, Enezgar, Legseybe, Tweichinghitt, Rakhme, Taknez, Ewekan…), de longs cordons dunaires en alternance avec de belles montagnes (...)

     Lire la suite >>
    La Guetna en Adrar
    La Guetna en Adrar

    C’est la Guetna en Adrar. Des milliers de mauritaniens affluent vers les oasis. Une société bien "Guetna" se forme sous les palmiers. C’est un rite annuel qui se renouvelle, c’est aussi un hymne à la datte, et aux belles traditions, c’est un rendez-vous aussi de (...)

     Lire la suite >>
    D’Oudey Taleb à Erreyth
    D'Oudey Taleb à Erreyth

    Il fallait contacter Minou à Atar par le biais de la radio transmetteur de la localité pour qu’il nous envoie du carburant avec le taxi-brousse qui doit partir pour Erreyth. Envoyer quelqu’un à dos de chameau à Ain Savra où se trouve notre gas-oil était plus facile mais (...)

     Lire la suite >>
    Sur la route de Tenwemend ou le désert à coeur ouvert
    Sur la route de Tenwemend ou le désert à coeur ouvert

    Devant nous, le cordon dunaire de Imougayine nécessite attention et concentration pour éviter les ensablements et les enfoncements dans des culs-de-sac insurmontables. Nous n’avons aucun moyen de communication. C’est une imprudence de (...)

     Lire la suite >>
    Enezgar… Jumelle ou Cadette
    Enezgar… Jumelle ou Cadette

    Aujourd’hui les cultivateurs sont heureux de l’arrivée sur place de sept kilomètres de grillage pour y être déployés ; seul moyen efficace de lutte contre les animaux divagateurs. Ils sont aussi contents de la présence d’une si importante quantité d’eau dans leur Grara (...)

     Lire la suite >>
    Taknez… symbole d’une paisible cohabitation
    Taknez… symbole d'une paisible cohabitation

    En cette bonne période d’hivernage, Taknez offre ses terres fertiles aux cultivateurs venus de partout ; parmi eux les proches mais aussi des arrivants de Mhaireth, Varess, Awjeft et même d’Atar. Ils y cultivent le haricot et la pastèque. Souvent les récoltes sont très (...)

     Lire la suite >>
    Lebheir ou la générosité de la terre
    Lebheir ou la générosité de la terre

    Lebheir, était à l’origine une belle oasis, très souvent bien arrosée où l’eau se retrouve emprisonnée dans sa cuvette par des barrières naturelles (rochers et dunes de sables) d’où son nom de Lebheir, diminutif de « Lebhar » qui veut dire en Hassanya et en Arabe « la mer (...)

     Lire la suite >>
    Legrare de l’espoir et de la vie
    Legrare de l'espoir et de la vie

    Forte de ses paysages romantiques et de l’hospitalité sans limites de ses habitants, Legrare a bénéficié de sa position de carrefour facilement accessible mais aussi de sa proximité (3 à 4 Km) de Zargue qui est de nos jours un passage obligé à tout visiteur de la zone. (...)

     Lire la suite >>
    La magie de l’eau
    La magie de l'eau

    Dans les palmeraies, l’eau est remontée des puits par divers systèmes traditionnels de fabrication artisanale utilisant des matériaux disponibles sur place (troncs de palmiers, peaux de chèvres, branches d’accacia...). Des pompes mécaniques motorisées ont peu à peu (...)

     Lire la suite >>

Un dicton local

Traduit du Hassaniyya et commenté par Cheikhmou

Sa coulée (le grand oued) emporte la pauvreté. سَيْلُ يَرْفَدْ الْفَقََرْ

Se dit pour le grand oued qui permet une grande culture et au sens figuré pour quelqu’un dont les gestes sont comparables à la coulée de l’oued.