Chronique d’un voyage au cœur du désert

Zargue ou l’éternelle sentinelle

par Cheikhmou

Créé le : 6 décembre 2008

chapitre 2

Zargue reste impeccablement debout comme une sentinelle de tous les temps.

Pour ceux et celles qui aiment observer le coucher du soleil ou qui ont l’habitude de le faire à partir de Chinguitti, verront se dresser devant eux à l’horizon aux confins des dunes de sable une grande et longue montagne bleue : c’est Zargue qui veut dire en Hassaniye "couleur d’un mélange blanc (couleur de sables) et sombre (couleur de la montagne) " et derrière laquelle disparaît lentement le soleil de tous les jours.

A l’horizon, une grande et longue montagne bleue
A l’horizon, une grande et longue montagne bleue

Ici un charmant paysage se dessine : les cordons dunaires qui ont pris naissance sur la rive gauche de l’oued de Chinguitti s’arrêtent de ce côté après un parcours de 40 km devant l’imposante barrière que constitue cette montagne ; ainsi se mêlent prudemment dans un décor extraordinairement romantique sable clair et rochers sombres au pied de Zargue séparés quelques fois par des oueds.

El Atteg
El Atteg

Mais l’avancée inexorable des dunes trouve la faille la plus importante à l’extrémité Nord de Zargue dénommée en Hassaniye "El Atteg" ou bord. A ce niveau un cordon dunaire se colle sur le flan nord de la montagne la contourne à l’ouest tout en la recouvrant et constitue un obstacle naturel entre elle et la cuvette de Legrare plus au Nord.

Arrêt à Tichillit
Arrêt à Tichillit

Au départ de Legrare, nous traversons ce difficile cordon dunaire et descendons sur la petite et belle cuvette de "Tichilitt El Atteg" avant de continuer notre traversée du désert.

Malgré les brèches qu’elle laisse ouvertes au sable donnant lieu à des passages par ailleurs utiles, Zargue reste impeccablement debout comme une sentinelle de tous les temps acceptant et donnant refuge à ce beau sable errant et tant bien aimé…

Ce sable bien aimé
Ce sable bien aimé

Chronique d’un voyage au cœur du désert